Afghanistan : l’Otan fait preuve de retenue - AFP (05.07.07)

KABOUL, 5 juil 2007 (AFP) - Les forces internationales en Afghanistan "se retiennent" de faire usage de toute leur puissance de feu, qui leur permettrait de vaincre plus rapidement l’insurrection des talibans, afin "d’épargner les civils", a déclaré jeudi un membre de l’état-major de la force de l’Otan. "Si on appliquait la force aveugle, on les vaincrait très vite, mais c’est justement parce que l’on se retient, afin d’épargner les civils, que cela nous prendra du temps pour vaincre" les talibans, a déclaré le général français Pierre-Richard Kohn, chef du bureau de planification des opérations au sein de l’état-major de la Force internationale d’assistance à la sécurité (Isaf) sous commandement de l’Otan, dans un entretien avec l’AFP.

"C’est pourquoi par exemple nous n’utilisons pas les bombes à sous-munitions ou d’autres armes qui permettent de nettoyer un territoire", a-t-il ajouté en accusant les talibans d’user de "méthodes barbares" et d’utiliser la population comme bouclier humain. Une polémique s’est développée ces dernières semaines après la mort de dizaines de civils dans des opérations anti-talibans, notamment aériennes, des forces de l’Otan et de la coalition sous commandement américain. Selon la mission de l’ONU à Kaboul, environ 600 civils ont été tués depuis le début de l’année, dont un peu plus de la moitié par les forces afghanes et internationales. Le général Kohn a justifié l’usage quotidien des opérations aériennes par un nombre de troupes insuffisant au sol. "Nous avons peu de troupes pour un pays immense où il est très difficile de se déplacer", a-t-il expliqué, soulignant par ailleurs que malgré tout les équipes de reconstruction de l’Isaf avaient accompli un travail "immense". "Depuis que la Fias (Isaf) agit en Afghanistan (2002), ce sont près de 35.000 enfants qui ont bénéficié d’une campagne de vaccination. Nous avons construit 665 écoles et dix universités. Ce n’est pas rien", a dit le général qui achève une mission de six mois au sein de l’état-major à Kaboul.

Dernière modification : 25/01/2008

Haut de page