Afghanistan : l’engagement de la France

Après avoir été assuré par divers pays, le commandement de la Force internationale d’assistance à la sécurité (FIAS) a été confié à l’OTAN en 2003 (résolution 1510 des Nations-Unis).


La France est un acteur important au sein de la FIAS. Elle figure parmi les principaux contributeurs à l’opération aux côtés des Etats-Unis, du Royaume-Uni, de l’Allemagne et du Canada. Elle a au cours de la période récente renforcé son effort civil (intervention dans trois secteurs prioritaires que sont la santé, l’agriculture et l’éducation ainsi que dans les domaines de la gouvernance et de la sécurité intérieure), ses effectifs militaires et ses matériels, et les a concentrés dans une région pivot, la région de Kapisa-Surobi à l’Est du pays.

La stratégie globale politico-militaire (CSPMP) pour l’engagement de l’Alliance en Afghanistan a été adoptée par les Chefs d’Etat et de gouvernement lors du Sommet de Bucarest d’avril 2008 et repose sur quatre critères proposés par la France : engagement de long terme ; appropriation des responsabilités de sécurité par les Afghans ; approche globale de la communauté internationale ; stratégie impliquant les voisins de l’Afghanistan, particulièrement le Pakistan. Cette stratégie reste aujourd’hui pertinente ; elle est confortée par les recommandations faites par le Commandant de la FIAS, le Général Stanley McChrystal, pour en améliorer la mise en œuvre. L’action de la France s’inscrit d’ores et déjà pleinement dans le cadre de ces recommandations.

La France est aujourd’hui le quatrième contributeur à la FIAS avec environ 4 000 hommes. Elle a assuré le commandement de la FIAS d’août 2004 à février 2005, dans le cadre du Corps européen ainsi que le commandement de la province de Kaboul d’août 2006 à avril 2007. Elle a repris la responsabilité au titre du commandement tournant pour la région de Kaboul depuis août 2008 (jusqu’à août 2009) et a, dans ce contexte, conduit le transfert des responsabilités de sécurité de la province de Kaboul aux autorités afghanes. Le 1er novembre 2009 l’ensemble du dispositif français a basculé en Surobi-Kapisa

Par ailleurs, la France est engagée dans la formation des forces de sécurité afghanes :

- formation opérationnelle de l’armée afghane par le biais de six équipes de formation opérationnelle (cinq rattachées au 201ème corps et une en Uruzgan) ;

- formation des officiers d’Etat-major ;

- déploiement de 150 gendarmes français dans le cadre de la mission de formation de l’OTAN (NTM-A) au titre de la force de gendarmerie européenne (FGE) pour participer à la formation et à l’accompagnement au niveau des districts de la police nationale afghane. La France participe également à la mission européenne EUPOL Afghanistan

En parallèle, la France mène une action diplomatique importante dans la région et a notamment accueilli en juin 2008 la conférence internationale sur l’Afghanistan qui a réuni 85 Etats et organisations internationales et qui a permis de lever 20 millions de dollars. Nous avons pour notre part annoncé une aide de 106 millions d’euros sur trois ans à cette occasion. La France a également organisé en décembre 2008 un forum régional entre l’Afghanistan et ses voisins à La Celle Saint-Cloud afin de promouvoir le renforcement de la coopération régionale en lui redonnant un élan politique.


Par ailleurs, le 12 juillet 2011, Le président de la République Nicolas Sarkozy, en visite surprise sur la base avancée de l’armée française située à Tora dans le district de Surobi (à l’est de Kaboul), a confirmé le retrait progressif des forces armées françaises en Afghanistan.

« Il n’a jamais été question pour la France de conserver des troupes indéfiniment en Afghanistan », a-t-il déclaré.

D’ici la fin de l’année 2012, ce sont « un quart de nos effectifs » qui quitteront ce théâtre d’opérations, conformément à une annonce déjà faite le 12 juin dernier. Les effectifs restants, quant à eux, « seront concentrés en Kapisa », jusqu’en 2014, date à laquelle « tous les soldats français seront partis d’Afghanistan », a-t-il annoncé.

A l’heure actuelle, ce sont environ 4 000 soldats français qui sont déployés en Afghanistan, aux côtés de leurs alliés, dans le cadre de la Force internationale d’assistance à la sécurité (Fias) de l’Otan et sous mandat des Nations Unies.

Pour en savoir plus :

- Discours du Président de la République sur la base avancée de l’armée française située à Tora dans le district de Surobi

- Engagement en Afghanistan : communiqué de la Présidence de la République (23 juin 2011)

- L’intégralité du dispositif militaire français pour l’Afghanistan

- Ministère de la défense/dossier Afghanistan

- Webdocumentaire réalisé par l’Etat Major des armées sur la réorganisation du dispositif français en Afghanistan

- Ministère des affaires étrangères/dossier Afghanistan

- Site de l’ambassade de France en Afghanistan

Dernière modification : 15/07/2011

Haut de page