- Afghanistan : un soldat français tué dans un attentat à la voiture piégée à Kaboul

KABOUL (AP) — Un soldat français et un civil afghan ont été tués vendredi dans un attentat à la voiture piégée à Kaboul. L’attentat, perpétré dans l’ouest de la capitale afghane, visait un convoi de chasseurs alpins français qui circulaient dans des véhicules blindés, ont annoncé les autorités afghanes. Selon la DICOD (Direction de la communication de la Défense, ex-SIRPA), cette patrouille française composée de plusieurs véhicules a été attaquée dans la périphérie de Kaboul et l’explosion a été provoquée par une voiture piégée. Le président Nicolas Sarkozy a dénoncé un "lâche et odieux attentat". "Plus que jamais, je reste déterminé à poursuivre la lutte contre le terrorisme", a-t-il souligné. De son côté, le Premier ministre François Fillon a fait part de sa "tristesse" à la suite du décès d’un militaire français. Dans un communiqué, le ministre de la Défense Hervé Morin a expliqué que le sous-officier, du 13e BCA (bataillon des chasseurs alpins) de Chambéry, avait perdu la vie dans un attentat-suicide alors que son convoi rejoignait sa zone de déploiement. Le porte-parole adjoint du Quai d’Orsay, Frédéric Desagneaux, a affirmé que la France condamnait "avec la plus grande fermeté" cet attentat qui "ne changera en rien la détermination de la France à poursuivre son aide au gouvernement et au peuple afghans pour le rétablissement de la paix et de l’Etat de droit dans leur pays". La déflagration a fait voler en éclats les vitres d’un autobus et au moins un véhicule a été incendié. Ali Shah Paktiawal, chef des enquêtes criminelles de la police à Kaboul, a précisé qu’un soldat français avait été tué et au moins six civils grièvement blessés. Le contingent militaire français qui participe à la Force internationale d’assistance à la sécurité (ISAF) de l’OTAN en Afghanistan est présent à Kaboul. Il est composé de chasseurs alpins de la 27e brigade d’infanterie de montagne. Ce contingent compte 1.100 soldats chargés de missions coordonnées avec les Italiens et les Turcs. L’armée française doit également augmenter ses effectifs de formateurs consacrés à la "montée en puissance" de l’armée afghane, pour atteindre 20%. Près de 150 nouveaux formateurs devraient rejoindre l’Afghanistan.

Dernière modification : 01/10/2007

Haut de page