Déclaration finale (Paris, 12 juin 2008)

Déclaration finale publiée sous l’autorité des trois co-présidents : le Président de la République française, le Président de la République islamique d’Afghanistan, le Secrétaire général des Nations unies, (Paris, 12 juin 2008)

Le gouvernement de la République islamique d’Afghanistan et la communauté internationale se sont réunis ce jour à Paris pour réaffirmer leur partenariat de long terme au service du peuple d’Afghanistan, de sa sécurité, de sa prospérité et des droits de l’Homme.

Cette conférence marque un nouvel engagement à travailler plus étroitement, sous la conduite des autorités afghanes, à la mise en œuvre de la Stratégie nationale de développement de l’Afghanistan (ANDS). Nous réaffirmons que le Pacte pour l’Afghanistan demeure le socle commun de notre action. Nous nous engageons à accorder la priorité au renforcement des institutions et à la croissance économique, en particulier dans les secteurs de l’agriculture et de l’énergie. Tout en mettant l’accent sur ces secteurs, nous accélérerons aussi les progrès dans des domaines où des avancées importantes ont déjà été accomplies. Le gouvernement afghan s’est engagé à poursuivre les réformes dans les domaines politique et économique. La communauté internationale a accepté de mettre à disposition des ressources accrues et de les utiliser de manière plus efficace. Nous nous engageons tous à travailler de manière plus coordonnée.

Nous nous félicitons du bilan d’étape du Pacte pour l’Afghanistan préparé par les co-présidents du Conseil commun de coordination et de supervision, qui souligne les progrès significatifs réalisés, en particulier dans les domaines de la santé et de l’éducation, des infrastructures et de la croissance économique, ainsi que dans la mise en place de forces de sécurité nationales afghanes. Cependant, ce bilan d’étape met également en évidence les défis considérables qui subsistent, en particulier dans le domaine de l’État de droit, du respect de la loi, des capacités administratives, du développement, de la croissance du secteur privé et de la sécurité de tous les citoyens afghans. Nous entérinons ses conclusions de substance.

Nous nous félicitons des engagements pris pour assurer la sécurité et la stabilité de l’Afghanistan, qui ont été réaffirmés récemment lors du Sommet de Bucarest.

Aujourd’hui, nous avons insisté sur les éléments-clés suivants qui seront essentiels pour la sécurité et la prospérité du peuple afghan :

Renforcer la démocratie en Afghanistan. Nous avons souligné l’importance de la tenue des élections en 2009 et 2010 car elles constitueront une étape importante pour consolider la démocratie au bénéfice de tous les Afghans. La communauté internationale s’est engagée à apporter son ferme soutien pour que ces élections soient libres, équitables et sûres.

Soutenir la Stratégie nationale de développement de l’Afghanistan (ANDS) afin de donner au peuple afghan un avenir meilleur. Cette stratégie, qui nous a été présentée aujourd’hui, définit nos priorités communes et constituera notre feuille de route pour agir ensemble durant les cinq années à venir. Nous orienterons nos efforts vers le financement et la mise en œuvre de la Stratégie nationale de développement de l’Afghanistan afin d’atteindre les objectifs inscrits dans le Pacte pour l’Afghanistan. Nous sommes convenus que la Stratégie nationale de développement de l’Afghanistan doit, pour réussir, avoir une incidence réelle sur chaque région et chaque village du territoire afghan.

Stimuler l’investissement dans les infrastructures, en particulier dans les secteurs de l’agriculture et de l’énergie. La communauté internationale s’est félicitée de la volonté du gouvernement afghan d’accorder la priorité aux secteurs de l’agriculture, de l’irrigation et de l’énergie, tout en continuant à soutenir ceux des infrastructures routières, de l’éducation et de la santé. Nous nous sommes engagés à soutenir les efforts visant à augmenter la production agricole et à favoriser le développement rural, ainsi qu’à investir dans la production, la transmission et la distribution d’électricité à plus grande échelle, afin de stimuler le développement économique de l’Afghanistan et de favoriser la création d’emplois. Nous sommes convenus d’œuvrer pour assurer la sécurité alimentaire de tous les Afghans et remédier à la pénurie alimentaire actuelle.

Créer des opportunités pour les Afghans grâce à la croissance du secteur privé. Le gouvernement afghan s’est engagé à soutenir la croissance du secteur privé, notamment dans les secteurs mentionnés ci-dessus. Il s’est également engagé à améliorer la collecte des recettes fiscales et à mettre en place un environnement législatif et réglementaire propre à attirer les investissements et à créer des emplois. Le gouvernement afghan et la communauté internationale sont convenus de travailler ensemble pour encourager une plus grande liberté des échanges bénéficiant à l’ensemble des pays de la région, sur la base de l’amitié et de la confiance mutuelles, et dans le respect des obligations internationales.

Renforcer les institutions afghanes et améliorer la fourniture de services à tous les Afghans. Pour faire en sorte que les progrès accomplis au cours des six dernières années se poursuivent, le gouvernement afghan a accepté de prendre des mesures afin de renforcer la confiance dans l’État en améliorant l’administration publique, la gouvernance locale, la justice, la police et les autres institutions chargées de faire appliquer la loi. Dans ce contexte, il s’est engagé à garantir que les nominations s’effectuent au mérite. À l’appui de ces efforts, la communauté internationale a accepté d’accentuer son soutien au renforcement des institutions de l’État aux niveaux national et local, notamment à travers un renforcement à grande échelle des capacités de la fonction publique.

Améliorer l’efficacité de l’aide et faire en sorte que chaque Afghan profite concrètement des bienfaits du développement. La communauté internationale s’est mise d’accord pour apporter une aide accrue, plus prévisible et plus transparente. Elle s’est engagée à ce que son aide au développement soit mieux coordonnée. Celle-ci transitera de manière croissante par le budget national, au fur et à mesure que les institutions de l’État se renforceront, deviendront plus aptes à rendre des comptes et acquerront une capacité de gestion accrue. La communauté internationale s’est également engagée à fournir son aide de manière à promouvoir les achats publics dans le pays et le renforcement des capacités. Nous sommes convenus que toutes les provinces doivent bénéficier équitablement des avantages du développement. Nous sommes également convenus de mettre davantage l’accent sur le renforcement de l’État et d’éviter la création de structures parallèles.

Lutter contre la corruption. Le gouvernement afghan a réaffirmé sa volonté d’intensifier ses actions pour lutter contre la corruption et de prendre des mesures concrètes à cet effet. La communauté internationale lui apportera son soutien à cet égard. Le gouvernement afghan et la communauté internationale effectueront, y compris de manière conjointe, des audits professionnels des programmes financés sur le budget principal et les budgets annexes et ils renforceront les capacités du gouvernement en matière d’audit et de contrôle financier.

Intensifier la lutte contre la drogue. Nous avons exprimé notre préoccupation devant la menace que représentent les réseaux de production et de trafic de drogue pour le développement de l’Afghanistan, en particulier dans certaines provinces. Simultanément, nous nous sommes félicités du nombre croissant de provinces libérées de la culture du pavot. Nous devons faire en sorte que celles-ci bénéficient du soutien nécessaire pour pérenniser ce succès. Le gouvernement afghan s’est engagé à prendre des mesures plus efficaces pour lutter contre la production et le commerce de stupéfiants. La communauté internationale s’est engagée à fournir une aide concrète et coordonnée, en appui aux plans et aux efforts du gouvernement, en particulier pour des programmes générateurs de sources de revenu alternatives.

Assurer une participation plus grande de la société civile au processus de reconstruction de l’État. La communauté internationale s’est félicitée de la ferme volonté du gouvernement afghan de poursuivre un dialogue constructif avec la société civile et les communautés locales, allant jusqu’aux groupes les plus marginalisés, afin de promouvoir la paix et la participation des habitants à l’élaboration d’une société islamique pluraliste et démocratique.

Promouvoir le respect des droits de l’Homme pour tous les Afghans. Nous avons souligné la nécessité vitale d’instaurer un véritable État de droit assurant la protection des droits de l’Homme. Nous nous sommes engagés à soutenir la mise en œuvre du plan d’action national pour les femmes. Nous avons souligné en particulier la nécessité de garantir le respect du droit humanitaire international. Comme cela a été réaffirmé récemment à Bucarest, nous continuerons de faire en sorte que tout soit fait pour éviter les victimes civiles.

Renforcer la coopération régionale. Nous avons mis l’accent sur l’importance de la coopération régionale en matière politique, économique et de sécurité. Nous sommes convenus que les pays voisins de l’Afghanistan ont un rôle essentiel à jouer pour aider le gouvernement afghan dans ses efforts pour bâtir un Afghanistan stable dans des frontières sûres.

Nous avons soutenu le renforcement du rôle de coordination du Représentant spécial du Secrétaire général et de la MANUA et nous nous sommes engagés à tirer pleinement parti de ce rôle pour ce qui concerne aussi bien la coordination de l’action internationale que la coordination entre le gouvernement afghan et la communauté internationale.

Aujourd’hui, à Paris, le gouvernement de la République islamique d’Afghanistan et la communauté internationale ont pris l’engagement de forger un partenariat renforcé, qui, sous la conduite des Afghans, sera fondé sur un ensemble de priorités agréées et d’obligations mutuelles. Nous avons réaffirmé notre détermination à favoriser l’épanouissement d’un État démocratique, pacifique, pluraliste et prospère, reposant sur les principes de l’Islam, conformément à l’accord de Bonn de 2001 et au Pacte pour l’Afghanistan de 2006.

Dernière modification : 17/06/2008

Haut de page