Exercice "Cyber coalition" 2013

L’OTAN procède à son exercice annuel de cyberdéfense

JPEG

Le 26 novembre 2013, l’OTAN a lancé l’exercice de cyberdéfense « Cyber Coalition 2013 », qui se déroulera sur trois jours et testera la capacité de l’Alliance à assurer la défense de ses réseaux contre des attaques. « Les cyberattaques, qui sont une réalité quotidienne, deviennent de plus en plus sophistiquées et complexes », a déclaré Jamie Shea, secrétaire général adjoint délégué pour les défis de sécurité émergents à l’OTAN. « L’OTAN ne doit pas se laisser dépasser par cette menace en constante évolution et l’exercice Cyber Coalition 2013 nous permettra de mettre à l’épreuve, en tous points, nos systèmes et procédures pour pouvoir assurer – aujourd’hui comme demain – une défense efficace de nos réseaux ».

Du point de vue du nombre de pays participants (plus de 30 en l’occurrence), il s’agit du plus grand exercice de ce type jamais organisé. Quelque 300 experts en cyberdéfense interviendront depuis leur pays de résidence, membre ou partenaire de l’OTAN. Et 80 de leurs homologues travailleront depuis le centre d’instruction militaire de Tartu, en Estonie, pays hôte de cette édition 2013 de l’exercice. Les participants viennent de divers horizons, à savoir les forces armées, les autorités de police et les ministères concernés de leur pays. Il est par ailleurs fait appel à des experts provenant des personnels civils et militaires du siège de l’OTAN.

L’objectif de l’exercice est de former du personnel technique et des responsables et de tester la capacité des Alliés et des pays partenaires à coordonner leurs actions et à coopérer pour parer les multiples cyberattaques qui seront simulées. Il s’agit de la sixième édition de cet exercice.

La France contribue, comme chaque année, à cet exercice, pour s’entrainer à faire face avec ses Alliés à une crise cyber touchant l’OTAN. En particulier, le Ministère de la Défense y participe via son Centre d’analyse en lutte informatique défensive (CALID), responsable de la surveillance des réseaux du ministère et de la réponse aux incidents cyber. La France participe également au Centre d’excellence de Tallinn, qui contribue à l’animation de l’exercice.

Cinq pays non OTAN participent à l’exercice (Autriche, Finlande, Irlande, Suède et Suisse), en plus des experts des 28 pays membres de l’OTAN.

L’Union européenne participe également à l’exercice, en tant qu’observateur, alors que la cyberdéfense fait partie des thèmes à l’ordre du jour du Conseil européen de décembre.

Source : OTAN

Dernière modification : 27/11/2013

Haut de page