L’OTAN et les pays partenaires après Lisbonne

Les pays partenaires de l’OTAN


Depuis le début des années 1990, l’OTAN a mis sur pied un réseau de partenariats avec des pays non membres de l’Alliance, encourageant ainsi le dialogue et la coopération en matière de sécurité. Les pays partenaires contribuent aux opérations de l’OTAN et jouent un rôle actif dans les mesures prises par l’Alliance pour lutter contre le terrorisme et faire face aux défis de sécurité émergents.

Le nouveau concept stratégique de l’Alliance, rendu public à Lisbonne en novembre 2010, reconnaît que « c’est dans le cadre d’un vaste réseau de relations de partenariat avec des pays et des organisations du monde entier que la promotion de la sécurité euro-atlantique peut être assurée au mieux », et que « ces partenariats apportent une contribution concrète et précieuse à la réussite des tâches fondamentales de l’OTAN ».

Le nouveau concept stratégique offre aux partenaires du monde entier « davantage d’engagement politique avec l’Alliance et un rôle substantiel pour ce qui est d’orienter les opérations dirigées par l’OTAN auxquelles ils contribuent ».

À Lisbonne, les dirigeants des pays alliés ont déclaré que les partenariats de l’OTAN « peuvent offrir des cadres pour le dialogue politique et la coopération régionale dans le domaine de la sécurité et de la défense ; ils contribuent au renforcement de nos valeurs communes ; et ils sont essentiels à la réussite de beaucoup de nos opérations et missions ».

Les Alliés sont convenus de mener « un effort de réforme ciblé visant à rendre notre dialogue et notre coopération plus constructifs, et à conférer à notre coopération une orientation plus stratégique grâce à une meilleure évaluation des activités de coopération menées avec les partenaires ». L’élaboration des propositions est en cours, en perspective de la réunion que les ministres des Affaires étrangères des pays de l’OTAN tiendront en avril 2011 à Berlin.

L’une des priorités de la coopération avec de nombreux partenaires, qui sont souvent des États ayant acquis leur indépendance depuis peu, est de contribuer à l’instauration d’un environnement démocratique solide et à la modernisation des forces armées.

L’OTAN rencontre régulièrement ses partenaires d’Europe, d’Asie centrale, du Caucase et de la région méditerranéenne au sens large, ainsi que d’autres partenaires mondiaux, pour débattre d’une multitude de questions politiques et de sécurité.

Ces partenariats contribuent à étendre la sécurité dans l’ensemble de la région euro-atlantique et au-delà, et permettent à de nombreux pays participants de répondre à leurs propres besoins de sécurité en tirant parti des compétences des pays membres de l’Alliance. D’autres participent aux activités de l’OTAN en apportant leurs compétences et capacités propres au service d’objectifs communs.

Au-delà des opérations et de la lutte contre le terrorisme, l’Alliance est également engagée dans une coopération pratique avec bon nombre de pays partenaires dans des domaines variés tels que la politique et la planification de défense, les relations civilo-militaires, la formation et l’entraînement, la défense aérienne, les systèmes d’information et de communication, la gestion des crises et les plans civils d’urgence.

Un réseau de partenariats

L’Alliance entretient des relations avec des pays non membres de l’OTAN de la région euro-atlantique dans le cadre du Conseil de partenariat euro-atlantique (CPEA), qui rassemble 50 pays, ainsi que du Partenariat pour la paix (PPP), un vaste programme de coopération bilatérale avec les pays partenaires. En outre, l’OTAN a créé des structures spécifiques pour encadrer ses relations avec la Russie, l’Ukraine et, plus récemment, la Géorgie.

L’OTAN développe des relations avec les pays du pourtour méditerranéen dans le cadre du Dialogue méditerranéen, ainsi qu’avec des pays de la région du Moyen-Orient élargi au travers de l’Initiative de coopération d’Istanbul.

Parallèlement à ces partenariats officiels, l’OTAN coopère avec un ensemble de pays qui ne font pas partie de ces structures. Souvent désignés par « autres partenaires mondiaux » ou « pays de contact », ces États partagent avec l’Alliance les mêmes préoccupations stratégiques et les mêmes valeurs essentielles. Il s’agit notamment de l’Australie, du Japon, de la République de Corée et de Nouvelle-Zélande.

Vers des partenariats plus efficaces et plus souples


À Lisbonne, les Alliés ont fait part de leur intention d’élaborer une politique de partenariat plus efficace et plus souple en prenant des mesures visant à :

* « rationaliser les outils de partenariat de l’OTAN afin d’ouvrir l’ensemble des activités et des exercices de coopération à nos partenaires et d’harmoniser nos programmes de partenariat ;

* mieux interagir avec nos partenaires mondiaux qui apportent une contribution importante à notre sécurité, et s’ouvrir aux partenaires pertinents afin de renforcer la confiance, d’accroître la transparence et de développer la coopération pratique ;

* établir des formules souples permettant d’examiner les défis de sécurité avec nos partenaires et renforcer les forums de dialogue politique existants ;

* tirer profit des améliorations apportées aux mécanismes OTAN de formation (y compris l’initiative OTAN de coopération en matière de formation) et réfléchir aux moyens d’accroître l’aptitude des divers partenaires à renforcer leurs capacités. »

Tous les partenaires intéressés seront consultés au sujet de l’élaboration et de la mise en œuvre de cette politique.

Les Alliés ont également décidé de réexaminer le cadre politico-militaire pour les opérations PPP dirigées par l’OTAN, afin d’actualiser la manière dont l’OTAN coopère avec les pays partenaires et élabore avec eux les décisions concernant les opérations et les missions auxquelles ils contribuent. À Berlin, les ministres des Affaires étrangères ont entériné des propositions visant à définir un rôle plus structuré pour les partenaires d’opérations en donnant forme à la stratégie liée aux opérations dirigées par l’OTAN auxquelles ces partenaires contribuent.

Source : site internet de l’OTAN


Mis en ligne : 29.08.11

Dernière modification : 29/08/2011

Haut de page