Les forces françaises en Afghanistan : environ 3.000 hommes

KABOUL, 5 août 2008 (AFP) - Environ 3.000 militaires français sont actuellement engagés en Afghanistan, au sein de la Force internationale d’assistance à la sécurité (Isaf) de l’Otan, principalement à Kaboul et dans la province de Kapisa, au nord-est de la capitale.

L’armée française compte près de 1.800 hommes à Kaboul, où elle a pris mardi le commandement de la région "capitale", l’un des cinq secteurs définis par l’Otan en Afghanistan, aux côtés de soldats turcs et italiens.

Elle y dispose également d’un "groupe médical de campagne".
Depuis le début du mois de juillet, les membres de la "Task Force Kapisa" commencent à être déployés dans cette province contrôlant un accès stratégique à la capitale et où les insurgés sont bien implantés.

Quelque 700 hommes y seront au total engagés fin août, dans le cadre des renforts promis par la France au sommet de l’Otan de Bucarest en avril.

Par ailleurs, 280 militaires français sont présents dans le pays dans le cadre de trois opérations distinctes de formation et d’appui à l’Armée nationale afghane (ANA) : la formation des officiers afghans, de leurs forces spéciales, et enfin l’intégration d’instructeurs dans des unités afghanes sous le label OMLT (Operational Mentoring Liaison Team).

Toujours sur le sol afghan, quelque 170 militaires de l’armée de l’air sont présents sur la base de l’Otan de Kandahar (sud) où opèrent trois Super-Etendards et trois Mirage 2000D qui apportent un soutien aérien aux soldats aux prises avec les talibans.
Ce dispositif est complété, à l’extérieur des frontières afghanes, par deux avions de transport C160 déployés par l’armée de l’air française à Douchanbé (Tadjikistan) et un ravitailleur C135, basé à Manas (Kirghizistan).

Le dispositif français compte aussi deux bâtiments et un aéronef au sein de la composante maritime de l’opération internationale de lutte contre le terrorisme "Liberté immuable" (Operation Enduring Freedom, OEF) sous commandement américain.

Ils ont pour mission de participer au contrôle de l’espace aéro-maritime du nord de l’Océan Indien, d’empêcher le mouvement de terroristes de la zone Afghanistan vers la péninsule arabique ou la corne de l’Afrique, de lutter contre les trafics illicites et la piraterie, de protéger les installations pétrolières en mer.

En comptant les personnels engagés hors d’Afghanistan, mais dans des missions en relation avec ce théâtre, le dispositif français comporte plus de 3.600 militaires.

Dernière modification : 07/08/2008

Haut de page