Mme Michèle Alliot-Marie : "la France est un acteur majeur de la modernisation de l’OTAN"

La ministre de la Défense Michèle Alliot-Marie a affirmé lundi à Toulon que la France était "un acteur majeur de la modernisation de l’Otan", en inaugurant le quartier général de la force aéromaritime française de réaction rapide.
"Aujourd’hui, avec la force aéromaritime de réaction rapide, nous nous dotons des outils qui nous permettront de jouer un rôle central dans les futurs engagemements de l’Otan. Oui, la France est un acteur majeur de la modernisation de l’Otan", a déclaré la ministre.
L’état-major de cette force aéromaritime, organisé selon les standards de l’Otan, va permettre à la France de commander la composante maritime d’un ensemble interarmées multinational (Otan, Union européenne, coalition...) ; cet état-major, qui compte 97 militaires en temps de paix et 157 en temps de crise, peut être déployé partout dans le monde, à terre comme sur mer. Sa première prise de commandement de la composante maritime de l’Otan est prévue en janvier 2008. "L’engagement de la France dans l’Alliance atlantique n’a jamais cessé d’être un engagement fort, fiable et fidèle. C’est dans cet esprit que nous soutenons le processus de modernisation de l’Alliance", a expliqué Mme Alliot-Marie. "Au travers de cet état-major, la France pourra démontrer son excellence, et affirmer son engagement auprès de ses partenaires. Elle pourra pleinement assumer son rôle sur la scène internationale au profit de la sécurité et de la paix dans le monde". La ministre a estimé que "les fortes capacités navales, militaires ne sont plus l’apanage de quelques marines occidentales", soulignant que "la Chine s’est lancée dans un vaste programme d’accroissement et de modernisation de sa flotte". Elle a annoncé que les huit premières FREMM (frégates européennes multi-missions) allaient prendre les noms de régions françaises : Aquitaine, Normandie, Provence, Bretagne, Auvergne, Languedoc, Alsace et Lorraine. L’accord franco-italien pour le programme FREMM prévoit au total la construction de 27 frégates, dont 17 pour la France, pour un montant total de 11 mds EUR (6,5 mds EUR pour la France, 4,5 mds EUR pour l’Italie). Un premier contrat portant sur la construction de 8 FREMM pour la France a été passé en novembre dernier.

Dernière modification : 17/01/2008

Haut de page