Tribune commune d’Alliot-Marie et Reid avant la réunion d’Innsbruck

Les ministres de la défense français, Michèle Alliot-Marie, et britannique, John Reid, soulignent l’importance d’une coopération européenne pour répondre à "des menaces communes", dans une tribune à paraître lundi dans le quodidien français Le Figaro et, dans une version plus courte, dans le Financial Times. "Nous sommes confrontés à des menaces communes, nous devons y répondre ensemble", écrivent les deux ministres à l’occasion de la réunion des ministres de la défense européens à Innsbruck (Autriche).
"Bien sûr, l’OTAN reste la pierre angulaire de la défense commune de l’Europe, mais il est indéniable que l’UE a un rôle bien particulier à jouer pour faire avancer la paix et la sécurité internationale. Nous devons nous assurer que nous donnons à nos forces militaires et de sécurité les moyens d’accomplir leurs missions, là où elles sont déployées.

Afghanistan : un militaire français tué lors d’un accrochage avec des talibans

PARIS, 4 mars 2006 (AFP) - Un officier marinier des forces spéciales françaises a été tué samedi, au cours d’un "engagement armé" avec des talibans, dans le sud de l’Afghanistan, ont annoncé dans un communiqué le ministère français de la Défense et l’état-major des armées.
Il s’agit du 2e militaire français mort au combat dans ce pays, a-t-on précisé de mêmes sources, sans donner davantage d’indications sur les conditions dans lesquelles cet officier a été tué. La ministre de la Défense Michèle Alliot-Marie a "exprimé sa vive émotion, adressé ses sincères condoléances à la famille de la victime" et réaffirmé "tout son soutien aux forces françaises actuellement en opérations, en particulier celles engagées dans la lutte contre le terrorisme en Afghanistan". 200 hommes appartenant au commandement des opérations spéciales participent aux opérations contre les talibans dans le sud-est de l’Afghanistan, selon l’état-major. Engagés depuis l’été 2003, ils sont issus de la brigade des forces spéciales terrestres, des commandos marine et des commandos de l’air, et interviennent "sous commandement et en coopération avec les forces spéciales américaines présentes dans la région". La France compte actuellement plus de 800 soldats en Afghanistan. Outre les forces spéciales, 600 militaires sont intégrés dans le cadre de la force de l’Otan (Isaf) à Kaboul et 35 cadres sont chargés de la formation de l’armée afghane. Un membre des forces spéciales avait été tué par une mine dans le sud de l’Afghanistan le 17 septembre 2005. Deux militaires français de l’Isaf, en patrouille au nord de Kaboul, ont par ailleurs été blessés par l’explosion d’une bombe artisanale le 19 octobre dernier. Lors d’une visite à Kaboul en décembre, Mme Alliot-Marie avait annoncé que la France devrait envoyer "quelques centaines d’hommes" supplémentaires en Afghanistan "d’ici la mi-2006".

Dernière modification : 17/01/2008

Haut de page