Visite du Comité militaire de l’OTAN au Commandement allié Transformation à Norfolk

Le Comité militaire de l’OTAN, sous la conduite de son président, le général d’armée Knud Bartels, s’est rendu au Commandement allié Transformation (ACT), à Norfolk, les 7 et 8 octobre derniers.

JPEGAccueillis par le général Jean-Paul Paloméros, commandant suprême allié Transformation (SACT), le Comité militaire et l’état-major de l’ACT ont engagé une réflexion sur les incidences des décisions prises au sommet du Pays de Galles et sur la ligne de conduite à suivre.

Lors de la Conférence du Comité militaire, tenue il y a environ deux semaines à Vilnius, les chefs d’état-major de la défense des 28 pays alliés ont abordé la mise en œuvre des décisions prises au sommet du Pays de Galles et ont donné aux commandants stratégiques (Commandement allié Opérations et Commandement allié Transformation) des orientations et des directives qui devraient leur permettre de poursuivre leurs travaux.

Les réunions de ces deux derniers jours ont permis au Comité militaire de prendre connaissance des progrès accomplis depuis sa dernière Conférence et de débattre du travail qu’il reste à faire. Grâce aux discussions tenues à cette occasion, le Comité militaire pourra par la suite présenter un avis de synthèse au Conseil de l’Atlantique Nord sur les initiatives importantes lancées lors du sommet du Pays de Galles.

Le général Bartels a souligné que l’objectif principal des réunions de cette semaine était « de parvenir à une interprétation commune des questions à l’ordre du jour et d’informer le Comité militaire des progrès accomplis afin qu’il puisse rendre au Conseil de l’Atlantique Nord un avis militaire de synthèse », ce dont il est responsable en qualité de président du Comité militaire.

Il a également évoqué l’importance du plan d’action « réactivité » et de son contenu, et a insisté sur l’un des principaux aspects du plan : l’initiative d’interconnexion des forces.

« Le plan d’action “réactivité” et la force “fer de lance” ont été au cœur de nombreux débats dernièrement, et à juste titre d’ailleurs, puisque cette dernière est un élément indissociable du plan. Mais la réussite du plan d’action “réactivité” ne se mesurera pas qu’à l’aune de la force “fer de lance”. L’initiative d’interconnexion des forces – la CFI – sera un outil essentiel dans la mise en œuvre du volet “entraînement et exercices” nécessaire au plan d’action “réactivité”.

Au sommet du Pays de Galles de 2014, l’OTAN a entériné dans le cadre du “paquet CFI” la version actualisée de la doctrine de l’OTAN en matière de formation, d’entraînement, d’exercices et d’évaluation, aussi appelée doctrine ETEE. Il s’agit d’un document portant sur le long terme, qui donne à l’OTAN des lignes directrices en matière de formation, d’entraînement et d’évaluation des personnels, des unités, des formations et des QG des structures de forces et de commandement de l’OTAN.

Le fait d’accorder une plus large place à ces différents éléments permettra de prendre en compte la gamme complète des missions de l’Alliance et de relever les défis actuels et futurs de l’OTAN. »

Source : site de l’OTAN

Dernière modification : 23/02/2015

Haut de page